Côte d’Ivoire | Entretien avec Awa Djenepo !

0
143

Par Touré VAKABA

Elle reste une business woman dotée d’un capital de courage et de sagesse hors du commun. Du Port de pêche logé au quartier commercial de Treichville, à la commune cinq étoiles de Koumassi, l’ombre pesante de dame Djenepo ne passe guère inaperçue.
De plus en plus populaire auprès des couches défavorisées, veuves, orphelins, malades et autres sujets au quotidien difficile, sans omettre tous ces oubliés de la société, bien souvent frappés d’infirmité physique, la cheffe d’entreprise et présidente exécutive de l’ONG DAMES d’Afrique s’affiche et s’affirme de plus en plus pour servir de prête main auprès du gouvernement du président Alassane Ouattara.

Alors que son organisation non gouvernementale consiste essentiellement à lutter contre la pauvreté, Awa Djenepo, reste aussi une sérieuse référence pour les nombreux vendeurs de «garba» (une alimentation faite à base de manioc, accompagnée de croûtes de poissons thon très prisée en Côte d’Ivoire).
Courageuse et intelligente, elle se fait quasiment remarquer dans toutes les dynamiques visant la modernisation et le développement de la cité contrôlée par l’indétrônable Cissé Ibrahim Bacongo.
Désormais figure emblématique du social et du don de soit en Côte d’Ivoire, Awa Djenepo ne manque pas non plus d’occasion pour remercier deux grandes personnalités ivoiriennes qu’elle a toujours considéré comme de vrais mécènes.

C’est d’abord le maire de cette commune cosmopolite de Koumassi, Cissé Ibrahim Bacongo pour lequel elle promet faire le carton en l’occasion des prochaines élections municipales, et le président directeur général de la Société des Mareyeurs de Côte d’Ivoire (SDMG), le charismatique Daoudia Kassongue dit Moumouni.

Tandis qu’elle qualifie la seconde de «père spirituel», qui l’aura aider à devenir ce qu’elle représente aujourd’hui dans le milieu des affaires, elle considère cependant la première comme un repère, un exemple d’agent de développement.

«Merci particulièrement à Monsieur Kassongué Daouda dit Moumouni pour m’avoir fabriqué. Mes hommages à Monsieur le maire, Cissé Ibrahim Bacongo, qui est tout le temps disposé à nous aider et à nous écouter. Ces deux hommes restent pour moi des boussoles qui méritent respect et hommage », révèle, sourire au coin, la présidente et directrice générale de «Dames d’Afrique» et «Univers des poissons».
À la lumière de ce parcours professionnel qui démarre assez bien, on peut dire, sans risque de se tromper, que dame Djenepo, qui comptabilise de nombreuses victoires au plan social, peut enfin se vanter d’avoir le profil parfait d’une excellente relève pour la classe politique actuelle au commandement du grand Koumassi.