Côte d’Ivoire | Le pays prépare une présidentielle dangereuse!

14
809

Vue partielle du quartier commercial d’Adjamé, au lévée du jour…

Ouattara Alassane, à l’occasion d’une parade presidentielle publique

CÔTE D’IVOIRE | Treichville [cité lagunaire logée au sud d’Abidjan], il est 09h, ce jeudi 28 février. Dans ce kiosque à café sis au sous quartier Biafra, qui grouille de monde à pareil moment, les débats sur les matchs de champion’s league disputés la veille, ont laissé place aux conversations politiques contradictoires houleuses. Des adultes, chômeurs pour la majorité, débattent chaudement autour de tasses à café des qualités présidentialistes de leurs mentors respectifs. Dans cette ébauche d’énergie, mêlée de passion, qui s’achève très souvent en de terribles pugilats rangés, quatre noms reviennent.

Guillaume Soro, l’ancien patron des Forces Nouvelles et ex-président de l’Assemblée Nationale, Bédié  Henri Konan, président du parti démocratique de Côte d’Ivoire, l’irruption en dernière minute d’un Front populaire ivoirien [FPI], qui voudrait prendre sa revanche, aussi et surtout, une possible candidature du président sortant, Ouattara Alassane, pour l’éventualité d’un troisième mandat…un scénario que l’opposition affirme détester. Au fond, la société ivoirienne, loin de se rapprocher d’une possible réconciliation, semble avoir manifestement basculé dans la violence verbale, une posture qui s’apparente parfaitement aux phénomènes qui avaient conduit son peuple dans un chaos post électoral sans précédent. Alors que le pays aborde un virage déterminant, l’élite politique devient elle aussi, de plus en plus fébrile.

L’opposition, dont Guillaume Soro incarne pour le moment le visage, s’est engagée dans une tentative de remobilisation, occasion de rallier les forces pour asseoir une opposition significative qui parlera d’une seule voix. Dans les états majors de toutes ces associations politiques, c’est presque la veillée d’armes. De l’autre côté, le rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix [RHDP], dont le Président sortant en assure la chefferie centrale, on s’active, tapis dans l’ombre, à préparer les mentalités à une reconduction à la tête de l’État, de Ouattara Alassane.

Tout un vacarme qui se déroule dans un environnement de peur et d’incertitude. En la matière, c’est le président du parti ivoirien des travailleurs [PIT], qui a su décrire en une déclaration, la situation qui prévaut.

<<2020, Il faut l’avouer, quelque fois, nous empêche de dormir, nous sommes très inquiets de ce qui pourrait arriver >>  a prévenu Aka Ahizi, lorsqu’il recevait vendredi Guillaume Soro, au fond de sa résidence.

Touré Vakaba