Par TOURÉ VAKABA envoyé spécial

C’est une des affaires criminelles des plus ahurissantes qui a cours Ă  Broubrou, petit village logĂ© Ă  Ă  une vingtaine de kms de N’Douci, chef lieu de Sous-prĂ©fecture. La voie qui y mène est en chantier et les travaux de reprofilages battent leur plein. La poussière est au rendez-vous et les vĂ©hicules de transports de personnes et de marchandises restent Ă  dĂ©sirer.

ArrivĂ©s hier jeudi en fin de mâtinĂ©, drapĂ©s de poussière, les lèvres assĂ©chĂ©es, nous avons dĂ©couvert une petite localitĂ© calme, manifestement timide. L’information qui nous y emmène reste saisissante! Une foule d’individus, essentiellement d’origine ghanĂ©enne, solidement Ă©quipĂ©s de matĂ©riel de pointe rĂ©pondant, est depuis plus d’une annĂ©e, dĂ©ployĂ© sur le fleuve Bandama, pour y soustraire de l’Or, dans une impunitĂ© Ă  donner froid dans le dos.

Les minutes qui suivent, notre guide dont nous gardons volontairement l’identitĂ© pour des raisons de sĂ©curitĂ©, accepte de nous conduire sur les rives du fleuve, d’oĂą nous avons pu apercevoir les dĂ©linquants et leur arsenal, en pleine activitĂ©, perchĂ©s Ă  la surface de l’eau. Pour en savoir sur ce crime d’une rare cruautĂ©, dont l’État de CĂ´te d’Ivoire reste la première victime, nous retournons au village pour en savoir d’avantage.

Les personnes que nous interrogeons restent prudentes et demandent protection. « Si vous voulez que je vous donne quelques informations, je voudrais que nous-nous Ă©loignons du village… », nous confie N.B. « …Broubrou est en ce moment très divisĂ© sur la question de savoir s’il nous faut les laisser faire ou les chasser. Il y en a qui perçoivent des pots-de-vin qui sont pour…et d’autre restent dĂ©terminĂ©s Ă  les repousser. La population très divisĂ©e est sur le pied de guerre, car, malmenĂ©e et opposĂ©e en deux gros blocs, prĂŞts Ă  en dĂ©coudre Ă  tout moment (…) ».

« La direction locale des mines, appuyĂ©e de la force publique, s’Ă©tait transportĂ©e ici, il y’a plusieurs mois, au fin de toucher du doigt la situation. Ils ont eu des entretiens avec les dirigeants du village et avait par la suite procĂ©dĂ© Ă  des interpellations », a-t-il martelĂ©. Ă€ entendre cet anonyme, ces suspects avaient Ă©tĂ© convoyĂ© sur TiassalĂ© oĂą ils avaient Ă©tĂ© placĂ©s sous « mandat de dĂ©pĂ´t ». « …et depuis, plus rien, leurs comparses s’y sont Ă  nouveau dĂ©ployĂ©s, dans l’indiffĂ©rence assourdissante du chef et de ses notables, narguant Ă  la limite, une population aux abois. », explique-t-il.

Comment expliquer le laxisme de l’administration locale, face Ă  un si grave phĂ©nomène qui fait perdre Ă  l’Etat ivoirien des ressources sonnantes trĂ©buchantes, incalculables. Comment expliquer leur impuissance face Ă  des orpailleurs clandestins sans scrupules. Notre enquĂŞte continue, au fin de situer les responsabilitĂ©s.

By AGM News

Fondé par le brillant et indépendant Journaliste ivoirien TOURÉ Vakaba courant 2016, Agmnews.info est un journal en ligne agissant dans la collecte et la fourniture d'informations de première main. Avec sa ligne éditoriale généraliste, le comité de rédaction donne la priorité à l'actualité africaine et malgache. Tout en prenant ses distances avec les clivages politiques, ethniques et sociologiques, AGM News reste irréversiblement indépendant.

Laisser un commentaire