Côte d’Ivoire : D’Abidjan à Tiégba, Le dernier voyage du père de notre confrère Pépé

0
165

Par TOURE Vakaba / Le sous quartier logé à Cocody Deux Plateaux Vallons, baptisé «Cité Lemania» s’est vu refusé du monde.

Le défunt était manifestement important. Après la série de condoléances reçues au domicile familial, une veillée de prières soutenue de bénédictions, est dite en la paroisse Sainte Cécile, l’endroit même où le quadragénaire venait discrètement porter ses prières en l’adresse du bon Dieu.

Place ensuite à la levée, rendue possible à la salle dite «Félix Houphouët-Boigny», logée à l’ivoirienne de sépulture (Ivosep). Il est 9 h ce jeudi 9 février 2023. La messe est prévue pour durer juste une heure. C’est alors que plus tard, escorté des siens, le convoi funèbre du disparu va s’ébranler en direction du siège du PDCI sis à Cocody Sainte-Marie.

Militant, grand compagnon et disciple juré du président Félix Houphouët-Boigny, feu Lorka Dadié Samuel a reçu un hommage digne des grands disparus, de la part de la haute direction de ce parti créé des mains du premier chef de l’État ivoirien.

Le jour suivant, les convives, comme un seul homme, ont encore bravé le soleil et les embouteillages, pour se retrouver sous le parvis de la Cathédrale St Paul d’Abidjan Plateau, d’où ils vont rallier Tiégba, après avoir marqué une escale significative à Guitry.

Dans l’antre de ce village, calme et profondément endeuillé, qui a par ailleurs donné naissance à l’illustre ivoirien, une veillée religieuse, une messe de requiem et un instant d’hommages ont été adressés au défunt.

S’en est suivie l’inhumation, cet ultime moment, samedi, dans la stricte intimité familiale. Une messe d’action de grâce dite à la Fraternité Ste Dominique à Cocody le lendemain dimanche, à définitivement fermée la douloureuse parenthèse, permettant ainsi au disparu de commencer, enfin, son voyage céleste vers son créateur, pour l’éternité.

Le vieil homme n’a pas pourtant été utile qu’à la seule société ivoirienne, il a aussi donné à la profession Journaliste, mais surtout au monde du dessin de presse, un sacré personnage nommé Pépé. Qui ne se souvient pas des caricatures ironiques et remuantes de ce Dieu du crayon, sur les dernières pages de «FRAT MAT» jusqu’à la fin des années 90 ?

Vétéran de la profession Journaliste, Pépé Stanislas, de son nom de plume, est un ivoirien qui s’est installé en France, suite à de longues années passées au service de la presse locale, et du quotidien gouvernemental «Fraternité Matin» en particulier. L’homme de média reste à ce jour, un caricaturiste professionnel plein, au vécu et à l’expérience qui ne cessent d’intimider et de séduire la jeune relève…car ses dessins continuent de coloniser les colonnes très fermées des grands médias africains et d’Europe de l’ouest.

«J’ai une pensée pour tous ceux et celles qui ont vécu ou qui vivent la même situation difficile que moi en pareilles circonstances. J’adresse mes condoléances à tous mes frères et sœurs. Nous sommes affligés. Que Dieu prenne soin de notre papa», s’est exprimé depuis la ville de Paris, Stanislas Pépé, entre deux sanglots.

«Cher fils, tu as choisi un métier méconnu en Afrique. Saches que ta liberté d’expression s’arrête là où commence celle des autres. Sois poli et humble. Réfléchi avant de crayonner. N’oublie pas d’où tu viens et ne montre jamais ton village avec la main gauche. (…)», rappelle avec peine et émotion, le confrère, de ce qu’il retient de si précieux de son bien aimé père.

L’illustre défunt, qui répondait aux noms et prénom de Lorka Dadié Samuel, a vu le jour en janvier 1936.

Il fut respectivement cadre à la Caisse de stabilisation, maire élu de Guitry, vice-président du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).
Commandeur dans l’ordre national de la République, il est rappelé le 25 novembre de l’année dernière, à l’âge de 86 ans.

Le patriarche était également le chef de la grande famille Zalako. Avec sa disparition, la nation ivoirienne, le peuple de Côte d’Ivoire et les localités de Guitry et Tiegba, perdent un grand homme, un bâtisseur, un homme de paix, qui aura consacré sa vie entière au bien être de sa terre natale et de ses compatriotes.
Puissent ses œuvres êtres une source d’inspiration pour la jeunesse ivoirienne et les cadres de sa région natale.
Bon voyage au patriarche qui a vécu relativement utile