🚩 CÔTE D’IVOIRE | Alassane Ouattara, l’impossible commandement!

Depuis qu'il a été déclaré "élu" par la "commission électorale indépendante", ensuite par le "conseil constitutionnel", Alassane Ouattara, en quête d'un nouveau gouvernement, attend son investiture calée pour mi décembre.

0
1022

Par TOURÉ VAKABA | Proclamé vainqueur à l’issue d’un scrutin relativement controversé, Alassane Ouattara n’a jamais fait l’expérience d’un si curieux silence autour de sa victoire. En plus des félicitations obtenues en l’arraché, la joie festive d’une élection gagnée ne semble guère être au grand jour. La fièvre de la désobéissance civile a forcément impacté le déroulement de ces opérations qui n’a pu être total, effectif sur l’ensemble du territoire. L’essentiel des candidats clés, dont notamment, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan ayant boycotté le processus, pour des raisons qu’ils ont jugé « inacceptables ». Le président de la république, alors candidat, s’était lui-même « choisit l’adversaire de son choix ».

Kouadio Konan Bertin, alias « Kkb », transfuge du parti démocratique de Côte d’Ivoire, en l’occasion, a fait feu de tout bois pour donner poids et volume à une élection présidentielle qu’a détesté de nombreux ivoiriens, affidés de l’opposition et ayant largement suivi les mots d’ordre de celle-ci.

Depuis, le président de la république et le peu de fidèles qui lui reste sont en quête de gouvernement. Alassane Ouattara n’est pas fiers de son équipe de campagne et l’a affirmé à haute voix, devant ses collaborateurs.

Aussi, il a plu au chef de l’État de faire écrouer, au moyen de la justice du pays, députés, responsables politiques, anciens ministres, tous membres de l’opposition, << espérant pouvoir gouverner dans la tranquillité >>. Une situation qui a naturellement plongé la Côte d’Ivoire dans la peur et les interrogations.

<< Alassane Ouattara pourra-t-il assurer les tâches de son commandement dans un pays amputé d’une grande moitié de ses citoyens qui refusent jusque là, de le reconnaître comme leur président ? >>, s’inquiètent des intellectuels ivoiriens.

La << paix >>, célébrissime expression, paradoxalement omniprésente dans les discours des ivoiriens, semble une fois encore se murer dans un épouvantable cauchemar. La direction du pays parait manifestement fragilisée, avec des dirigeants prêts à mâter tout contradicteur, y compris artistes et journalistes.